Bienvenue sur mon blog qui nest plus mis à jour depuis un moment, mais que je garde par nostalgie et dans l'idée de peut-être un jour réécrire...

Montargis coince la bulle, un festival BD qui a du chien !

affichetteCe weekend a lieu dans le Loiret la quatrième édition du festival de bande dessinée Montargis coince la bulle. Cet un évènement qui me tient particulièrement à cœur puisque j’y donne un coup de main, autant que je le peux depuis Angoulême (je m’occupe du site web).

Ce festival est né sous impulsion d’Arnaud Floc’h, auteur du montargois.  Aidé par le Rotary-Club de Montargis lors des trois premières éditions, et par ses nombreuses connaissances, il a su en faire un rendez-vous où bd et bonne humeur vont de pair… Depuis peu, une association portant le nom du festival existe, et c’est elle qui propose la quatrième édition. Arnaud est désormais notre président et nous, les bonnes volontés, devenons bénévoles.

Comme les années précédentes, une bonne trentaine d’auteurs seront présents dès samedi. Une remise de prix aura lieu en fin d’après-midi. Expo, concert, stands de libraires de neufs et d’occasions, il y a de quoi voir…

N’hésitez pas à passer nous faire un coucou et à venir faire dédicacer vos albums ! Pour ma part, je sais déjà quels auteurs je vais essayer de rencontrer…

Liens

No Love d’Eminem, la claque du matin

Recovery d'EminemParmi ces musiques que l’on écoute d’une oreille distraite le matin en allant bosser à pieds, oreille distraite mais oreille quand même car on n’a que trop peu écouté ce dernier album que machin a sorti et qu’on s’en veut un peu ; parmi ces musiques là, au détour d’une rue, boum, on se prend une claque monumentale, inattendue et finalement assez plaisante. No Love est l’une de ces claques prises au détour d’un album enfin écouté, mais sans grande conviction après avoir été mis de côté pour je ne sais quelle mauvaise raison pendant des mois…

« Où est passé mon bon vieux Eminem de quand j’étais au collège? », me dis-je en entendant la voix de fouine de Lil Wayne… Autant dire avant que j’en choque certains, que je n’y connais rien en rap, hormis Eminem, et un honteux passages par les cadors français des années 2000. Du coup, Lil Wayne, je n’ai jamais vraiment écouté et là, ça ne me fait ni chaud ni froid.

Mais tout d’un coup,le rythme s’accélère, la pression monte, fin du couplet, refrain avec un sample bien cool et bam, p’tit coup de shotgun dans les genoux, Eminem débarque, froid et destructeur, méticuleux au volant de son rouleau compresseur à fournir assonances et allitérations… Sans pitié, il mène la danse jusqu’à la fin du couplet. Là, deux choix : retirer son casque et s’écrouler, assommé par tant d’ingéniosité et de rage calculatrice ou alors, « retour arrière » pour s’en reprendre une en pleine face histoire d’essayer de grappiller, par-ci par-là, le sens de phrases envoyées un peu trop vite pour mon anglais…

Selon moi, c’est donc sans conteste l’une de ses meilleures chansons, de Recovery certainement, mais aussi de tous ses albums confondus.

Bref, je vous laisse découvrir la vidéo, pendant que je me réjouie à l’avance de voir ce pro au stade de France le 22 aout prochain…

Liens sur Eminem

caddieorangeAlbum : Recovery
Auteur : Eminem
Producteur : Polydor
Date de sortie : 2010

Le Roi des nains : le jeu de cartes aux 40 règles

Le Roi des nains (Iello)

Ça faisait un moment que Valentine et moi cherchions un jeu de cartes simple et rapide en alternative à Wizard pour varier nos soirées entre copains. Le Roi des nains nous avait plusieurs fois été conseillé par Nicolas, qui tient la boutique de jeux d’Angoulême, mais comme d’habitude, nous n’en avions fait qu’à notre tête. Du coup, je l’avais un peu oublié, jusqu’à une soirée jeux il y a quelques mois, où j’ai pu le tester…

Ça commence pas trop mal, il a une bonne tête : des cartes au format tarot, colorées, et pas trop surchargées.Pour le reste, une fois le mécanisme des quêtes et des cartes spéciales compris (quelques plis pour les plus réticents), ce jeu fait rapidement l’unanimité pour sa simplicité, sa rapidité… et la facilité avec laquelle chaque joueur peut pourrir les autres ! Les gains des donnes pouvant être positifs ou négatifs, les scores varient beaucoup et on n’aura peu la déception des ex-æquo.

Le très bon point c’est vraiment le changement des règles et l’ajout d’une carte spéciale différente à chaque donne : on peut facilement faire deux parties de suite (14 donnes ou 140 plis) sans avoir eu deux fois les mêmes règles et cartes spéciales. Les tactiques de jeu changeant tout le temps, le Roi des nains n’est pas un de ces jeux dont on perce le mécanisme et qui perd sa saveur en trois parties…

Rapide résumé des règles

Le roi des nains est un jeu de plis de chez Iello dont les règles changent au début de chaque donne. L’objectif est de marquer le plus de points en 7 donnes. Le jeu est présenté sous la forme de 3 familles de cartes représentant 3 espèces (les vertes sont les nains, les bleues sont les hommes, les rouges sont les gobelins).

Cartes du Roi des nainsLes joueurs jouent tour à tour la couleur demandée par la personne qui ouvre, et la carte la plus forte ramasse le pli comme lors d’un jeu de levées. Si un joueur n’a pas la couleur demandée, il peut se défausser de n’importe quelle carte, mais il ne pourra faire le pli.

A chaque donne,  l’un des joueurs a le choix entre deux nouvelles quêtes/règles, la manière de gagner des points de la donne précédente est alors oubliée. Une quarantaine de quêtes est proposé (obtenir ou non des cartes nains, hommes ou gobelins, faire un nombre exact de plis, obtenir certaines cartes).

A chaque donne une carte spéciale parmi les 14 existantes est tirée au hasard, expliquée aux joueurs et ajoutée au reste des cartes. Ces cartes permettent en général de faire gagner/perdre des points ou de prendre l’avantage.

Quelques liens sur le Roi des Nains

caddieorangeTitre : Le Roi des nains
Editeur : Iello
Auteurs : Faidutti & Swal
Date de sortie : 2011

Autour de nous, les amis

PlageAutour de nous, les amis vont et viennent, les couples se font et se séparent, la vie des nôtres avance doucement. Et nous, transis de nos rêves et de notre vie à deux, nous courrons, nous jurant que rien de ce que l’on voit ne nous arrivera. Et pendant ce temps, la vie de nos amis avance doucement… Et doucement va parfois vite, quand on prend trop peu le temps, le temps de prendre des nouvelles, le temps d’un coup de fil ou d’un texto ou de trois mots. Et les copains deviennent bien loin. Vous les copains, vous êtes bien loin…

Il y a parmi vous ceux qui savent qu’abscence de nouvelles ne veut pas dire pas de place chaques jours dans mes pensées, et il y a parmi vous ceux qui s’en doutent. Pour vous tous, qui êtes de ceux là, merci de me connaître aussi bien et de ne pas m’en tenir rigueur…

Mais c’est pour tous les autres, vous qui ne pensez même plus à douter ou qui n’y croyez plus que je m’en veux. Les copains, les amis, j’vous jure, je ne vous ai pas oublié !